3.4 Dieu, le Fils

La profession de foi en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, fait partie des fondements de la foi chrétienne.

La déclaration de l´article 2 de la confession de foi : « Je crois en Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, notre Seigneur » exprime cette foi de manière concise. Le symbole de Nicée-Constantinople (cf. 2.2.2) détaille la teneur de cette foi : « Nous croyons en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Dieu né de Dieu, lumière née de la Lumière, vrai Dieu né du vrai Dieu, engendré et non créé, de même nature que le Père, et par qui tout a été fait. »

Parler de « Dieu, le Fils », c´est évoquer la deuxième Personne de la Trinité divine, qui vit et règne aux siècles des siècles, dans la communion avec Dieu, le Père, et Dieu, le Saint-Esprit. La notion d´ « engendré » n´est pas à entendre dans son sens biologique, mais comme la tentative d´exprimer par le langage le rapport mystérieux qui existe entre Dieu, le Père, et Dieu, le Fils.

Entre Dieu, le Père, et Dieu, le Fils, il n´y a pas de rapport hiérarchique, même si les notions de « Père » et de « Fils » peuvent impliquer un rapport de succession ou de subordination. Le Père et le Fils sont, également, vrai Dieu ; ils sont de même nature. C´est ce qu´exprime le passage en Hébreux 1 : 3 : « Le Fils est [...] l´empreinte de sa [= du Père] personne. »

En Jésus-Christ, Dieu, le Fils, s´est fait homme tout en restant Dieu : Dieu est entré dans la réalité historique pour y agir. La foi en Dieu, le Fils, est indissociable de la foi en Jésus-Christ, personne présente et agissante dans l´histoire. La confession de foi le montre en rappelant des étapes essentielles de la vie du Fils de Dieu incarné et en faisant de ces étapes le fondement du salut : « Je crois en Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit et qui est né de la vierge Marie. Il a souffert sous Ponce Pilate, il a été crucifié, il est mort et a été enseveli ; il est entré dans le séjour des morts ; il est ressuscité d´entre les morts le troisième jour et monté au ciel. Il siège à la droite de Dieu, le Père tout-puissant, d´où il reviendra. »

Jésus-Christ est vrai homme et vrai Dieu. Il a deux natures, une nature humaine et une nature divine, qui sont toutes deux présentes en lui de manière distincte, immuable, unie et indivisible.

Dans sa nature humaine, il est semblable à tous les autres hommes ; la seule chose qui le distingue d´eux, c´est qu´il est venu au monde sans péché, qu´il n´a jamais commis aucun péché et qu´il a été obéissant jusqu´à la mort de la croix à Dieu, son Père (Ph 2 : 8).

Dans sa nature divine, il est vrai Dieu, dans sa toute-puissance et sa perfection, y compris durant son humiliation ici-bas. Jésus a révélé le mystère de sa personne de multiples manières, notamment par ces paroles en Matthieu 11 : 27 : « Toutes choses m´ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n´est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n´est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. » La connaissance que Jésus-Christ est le Fils de Dieu résulte d´une révélation divine : « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu´il nous a donné l´intelligence pour connaître le Véritable ; et nous sommes dans le Véritable en son Fils Jésus-Christ. C´est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle » (1 Jn 5 : 20).

Voir aussi