12.1.7.2.6 « ... pardonne-nous nos offenses, comme [...] nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés »

À cause de leurs péchés, tous les hommes se rendent coupables devant Dieu et l´offensent ainsi. En demandant : « Pardonne-nous nos offenses », les croyants se confessent pécheurs devant Dieu et implorent sa grâce. Il est évident ici que le « Notre Père » présente aussi un aspect de repentance. La grâce du pardon de ses péchés et de l´affranchissement de sa culpabilité, le croyant l´obtient par le recours au sacrifice de Christ, car « en lui nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés, selon la richesse de sa grâce » (Ep 1 : 7).

Le Fils de Dieu a assorti l´exaucement de cette demande à la condition, pour le croyant, de pardonner préalablement à ceux qui l´ont « offensé » ou qui se sont rendus coupables d´un tort envers lui. C´est là une condition capitale en vue de l´obtention du pardon, comme le montre le fait que Jésus l´a répétée et confirmée immédiatement à la suite du « Notre Père » (Mt 6 : 14-15). La parabole du méchant serviteur implique, elle aussi, le devoir de pardonner à ses débiteurs (Mt 18 : 21-35).

Voir aussi