12.1.2 Le culte vétérotestamentaire

Le culte vétérotestamentaire plonge ses racines dans la rencontre de l´homme avec Dieu. Les formes du culte ont évolué sur une longue période de temps. Dieu, lui, n´a jamais cessé de se communiquer à l´homme et de lui accorder son secours.

Dans le jardin d´Éden, Dieu adresse sa parole aux premiers hommes. Après leur chute dans le péché, il ne les laisse pas sans protection, mais les réconforte et les fait espérer en un salut futur.

En Genèse 8, il est question du premier autel bâti par des hommes pour servir Dieu, l´adorer, lui rendre grâces et lui consentir des sacrifices. Noé dresse cet autel pour offrir un sacrifice d´actions de grâces à Dieu. L´Eternel lui répond par la promesse de conserver désormais la Création.

Jacob consacre, quant à lui, le lieu où Dieu lui a parlé et l´appelle : « Béthel », c´est-à-dire « maison de Dieu » (Ge 28 : 19).

Dans la Loi, Dieu a donné à Moïse des instructions précises en vue de bâtir un autel : « [...] Partout où je rappellerai mon nom, je viendrai à toi, et je te bénirai » (Ex 20 : 24 sqq.). Il lui a rappelé en outre qu´il avait sanctifié le septième jour, en l´exhortant en ces termes : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier » (Ex 20 : 8).

Pendant que les Hébreux pérégrinaient à travers le désert, Dieu a choisi des hommes parmi eux, pour le servir en qualité de sacrificateurs et accomplir le culte sacrificiel. Il leur a confié la tâche de communiquer la bénédiction de Dieu au peuple en des termes prescrits (No 6 : 22-27). Les termes de cette bénédiction sont les suivants : « Que l´Eternel te bénisse, et qu´il te garde ! Que l´Eternel fasse luire sa face sur toi, et qu´il t´accorde sa grâce ! Que l´Eternel tourne sa face vers toi, et qu´il te donne la paix ! » (bénédiction aaronitique).

Il est rapporté qu´au temps du roi David, des chantres et des musiciens participaient au culte et louaient Dieu avec des psaumes (1 Ch 25 : 6).

Le roi Salomon a fait construire le temple de Jérusalem. Le culte y était rendu et consistait, pour l´essentiel, en l´abattage quotidien, par les sacrificateurs, des animaux à immoler. Le culte sacrificiel était désormais exclusivement rendu dans le temple de Jérusalem. C´était aussi dans le temple qu´étaient célébrées les fêtes israélites, comme, par exemple, la Pâque et la fête des tabernacles (Lé 23).

Après la destruction du temple, les Israélites pensaient qu´il n´était plus possible de célébrer le culte sacrificiel. Au cours de la captivité babylonienne, les croyants se réunissaient dans des maisons construites par leurs soins, des synagogues, pour y prier, y lire et interpréter les écrits saints. C´est là l´origine de la forme ultérieure chrétienne du service religieux.

EN BREF

Le service divin est action de Dieu à l´égard de l´homme et œuvre de l´homme pour Dieu. (12.1)

Le culte vétérotestamentaire plonge ses racines dans la rencontre de l´homme avec Dieu. Les formes du culte ont évolué sur une longue période de temps. (12.1.2)

Après la destruction du temple, le culte sacrificiel n´était plus pratiqué à Jérusalem. Au temps de la captivité babylonienne, les croyants se réunissaient dans des synagogues pour prier, lire et interpréter les écrits saints. C´est là l´origine de la forme ultérieure chrétienne du service religieux. (12.1.2)

Voir aussi