10.1.1 La promesse du retour de Jésus-Christ

Dans ses discours d´adieux, Jésus-Christ a fait à ses apôtres la promesse qu´il reviendrait : « Et, lorsque je m´en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi » (Jn 14 : 3). Cette promesse du Seigneur a été confirmée par des anges lors de son ascension : « Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l´avez vu allant au ciel » (Ac 1 : 11).

Aucun homme ni aucun ange ne connaît le jour et l´heure où Jésus-Christ reviendra, mais Dieu seul. Quant au Fils de Dieu, il ne cesse d´appeler à la vigilance : « Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra » (Mt 24 : 42 ; cf. Lu 21 : 36).

Et de montrer notamment dans ses paraboles qu´il faut faire preuve de vigilance dans la foi et l´attendre (Mt 24 : 43-51 ; 25 : 1-30). En conséquence, les apôtres de l´Église chrétienne primitive exhortaient les fidèles à se préparer en vue du retour du Seigneur. L´apôtre Paul s´est ainsi adressé à l´Église de Corinthe, au moyen de cette antique prière chrétienne en forme d´appel : « Maranatha ! », qui signifie : « Notre Seigneur vient » ou encore : « Notre Seigneur, viens ! » (1 Co 16 : 22).

L´appel à la vigilance est aussi présent dans l´Apocalypse de Jean, où Jésus-Christ dit : « Je viens bientôt » (Ap 3 : 11 ; 22 : 7.12.20), exhortant ainsi chaque croyant à focaliser sciemment sa vie sur le retour de Christ.

L´attente de l´accomplissement des promesses du Seigneur est aujourd´hui au cœur même de la foi néo-apostolique tout comme l´espérance de vivre personnellement le retour de Christ et l´enlèvement vers lui. En I Jean 3 : 2, il est dit à ce sujet : « Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n´a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsqu´il paraîtra, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu´il est. »

Voir aussi