Nouvelles de l’ENAI

14 Octobre 2020 : Pensées relatives à la parole biblique

14.10.2020

foto: P. Johanning

« Existant en forme de Dieu, il n'a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et il a paru comme un vrai homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix » (Philippiens 2 : 6-8)

La parole biblique issue de l’épître aux Philippiens évoque le chemin de Fils de Dieu de la gloire divine vers la bassesse du monde humain. Il renonce à toute souveraineté et apparaît comme un homme ordinaire parmi les hommes.

Existant en forme de Dieu, il n'a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher

Le Fils de Dieu décide de son plein gré de quitter la gloire pour devenir un homme. Il ne s’est pas accroché égoïstement à la gloire, la toute-puissance divine, et à l’omniscience, mais il y a renoncé et est passé à un niveau qui ne lui convenait pas vraiment et donc à une situation totalement indigne de lui : il a pris une « forme de serviteur » (littéralement : la « forme d’un esclave »).

Il est devenu semblable aux hommes

Le Fils de Dieu est perçu en Jésus-Christ comme un homme parmi les hommes. On voit en lui le fils du charpentier Joseph et on sait que le nom de sa mère est Marie. Jésus lui-même est un homme simple de par sa position sociale, mais il apparaît avec autorité et proclame la proximité du royaume de Dieu. Toutefois, la personne de Jésus-Christ est fondamentalement différente de toutes les autres personnes. Son humanité n’est pas marquée par le péché. Jésus est l’homme tel qu’il doit être. Dans cette mesure, il est un modèle pour nous. Son action et ses paroles nous montrent comment nous devons agir et parler :

  • Jésus s’est conformé à la volonté de Dieu : « Que ta volonté soit faite ». – Nous aussi, nous voulons nous enquérir de la volonté de Dieu et l’accomplir.
  • Jésus a aidé les gens qui souffraient et étaient dans le besoin, il s’est tenu aux côtés de ceux qui étaient tristes. – Nous ne voulons pas non plus ignorer la détresse d’autrui et, lorsque c’est possible, être serviables.
  • Jésus a toléré le mépris et la moquerie, et cela ne l’a pas empêché de proclamer le royaume de Dieu. – Nous ne voulons pas non plus nous laisser dissuader par la moquerie et le désintérêt de témoigner de l’Évangile et du proche retour de Christ.

Il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort 

L’incarnation du Fils de Dieu et l’humiliation qui y est associée trouvent leur achèvement dans la mort sur la croix. Il est souligné que Jésus, bien que lui aussi ait eu peur de la douleur et de la mort, a accepté tout ce qui lui était imposé. Pourquoi a-t-il fait cela ? Parce que, par son sacrifice, il voulait donner la possibilité à tous les hommes de retrouver le chemin vers Dieu, afin qu’ils puissent acquérir la vie éternelle. Sa vie et sa mort sont donc l’expression de la solidarité de Dieu avec ceux qui souffrent et les mourants. Il est auprès d’eux, même s’ils ont le sentiment d’avoir été abandonnés par lui.

L’humiliation dont le Fils de Dieu s’est chargé, sa souffrance et sa mort produisent pour nous le salut et la vie !

Catégorie : Nouvelles de l’ENAI