Nouvelles de l’ENAI

7 Octobre 2020 : Pensées relatives à la parole biblique

07.10.2020

foto: P. Johanning

« Béni soit l'homme qui se confie dans l'Éternel, Et dont l'Éternel est l'espérance ! Il est comme un arbre planté près des eaux, Et qui étend ses racines vers le courant ; Il n'aperçoit point la chaleur quand elle vient, Et son feuillage reste vert ; Dans l'année de la sécheresse, il n'a point de crainte, Et il ne cesse de porter du fruit » (Jérémie 17 : 7-8). La parole biblique parle d’une personne pieuse qui oriente sa vie à Dieu.

Celle-ci peut être assurée du soutien de Dieu. Cette personne est comparée à un arbre planté près de l’eau. Dans les régions du monde où il ne pleut que rarement, comme par exemple en Palestine, seul un arbre ou une plante qui se trouve à proximité d’un cours d’eau peut survivre. Même lorsqu’il fait chaud et sec, ils ne subiront aucun dommage. 

Nous avons confiance

Nous aussi, nous pouvons nous identifier à cet arbre planté près de l’eau, si nous faisons confiance à Dieu. La plupart d’entre nous s’est déjà retrouvé dans des situations sans issue ou ingérables, où aucune aide ne semblait être en vue. Nous devons alors faire confiance à Dieu, qui est capable d’ouvrir des portes là où nous n’avons vu que des murs.

La confiance est également nécessaire pour croire en la validité éternelle du sacrifice de Jésus-Christ. La doctrine de la mort sacrificatoire de Christ dépasse largement l’imagination humaine. Elle est fondée sur la volonté de Dieu et ne doit pas seulement être répétée, mais aussi être sans cesse considérée et conquise dans la foi.

Il n’en va pas autrement de l’espérance en le retour de Christ, qui ne peut être cru sans la confiance en la parole de la Bible et en la proclamation de l’Église.

Nous sommes bénis 

Les personnes bénies par Dieu ne sont certes pas épargnées par les épreuves, mais les tribulations n’ont pas le pouvoir en elles de nuire à notre relation à Dieu. Comme un arbre planté près de la rivière a toujours accès à l’eau, elles trouvent la présence de Dieu confirmée à leurs côtés. Elles n’ont pas une peur exagérée de l’affliction. Elles craignent certainement la souffrance et la mort, comme Jésus l’a fait lorsqu’il a offert son sacrifice. Mais comme lui, elles voient plus loin. En période de « sécheresse », par exemple, lorsque certaines de leurs demandes ne sont pas exaucées, elles se souviennent des bienfaits de Dieu et restent reconnaissantes. Elles servent Dieu fidèlement – que les conditions soient favorables ou non – en pratiquant le commandement de l’amour du prochain, même si leur amour n’est pas réciproque.

Nous portons des fruits

L’arbre planté au bord de l’eau « ne cesse de porter du fruit ». La confiance en Dieu a des effets immédiats. L’un des effets est l’appréciation et la serviabilité envers notre prochain. Nous montrons que nous ne sommes pas indifférents à son sort. Nous essayons de l’aider d’un point de vue terrestre et aussi spirituel. Apporter l’Évangile de l’amour et de la proximité de Dieu au prochain est aussi l’un des fruits que produit notre confiance en Dieu.

Catégorie : Nouvelles de l’ENAI