Nouvelles de l’ENAI

Pentecôte signifie : proclamer sans crainte et s’aimer les uns les autres

31.05.2020

L’apôtre-patriarche Schneider à l’autel à Darmstadt (Allemagne)

Une petite assemblée avait été invitée

L’apôtre de district Rainer Storck, d’Allemagne occidentale

La chorale virtuelle internationale (toutes les photos : ENAI)

Zurich/Darmstadt. Le service divin de la Pentecôte célébré par l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider a réuni es participants du monde entier. Il a prêché en anglais devant une assemblée mondiale – une image familière pour un dimanche de Pentecôte. Ce qui était inhabituel, c’est la technique déployée en arrière-plan : en raison de la pandémie liée au coronavirus, le service divin a cette fois été diffusé directement dans chaque salon par streaming en direct.

C’était une fête de la Pentecôte particulière, et le président international l’a aussi fait remarquer dès le début. « Ce sont des circonstances particulières dans lesquelles nous nous réunissons. Nous ne pouvons pas nous retrouver comme d’habitude, nous ne pouvons pas fêter la sainte cène, et nous n’avons pas d’explication à cela. » De nombreux frères et sœurs connaissent beaucoup de difficultés dans leur vie en ce moment. Dieu a certes modifié les plans des hommes, mais il n’a pas modifié son plan ! Il est toujours le Dieu de l’amour et de la consolation.

Dans sa prédication, le président de l’Église a parlé de liberté, de courage à proclamer et d’unité. Il a basé celle-ci sur la parole biblique en II Corinthiens 3 : 17 : « Or, le Seigneur, c'est l'Esprit ; et là où est l'Esprit du Seigneur, là est la liberté. » Le Saint-Esprit nous rend libres pour servir et pour aimer. Il pénètre l’homme en tant que puissance divine. « Grâce à lui, nous sommes affranchis de la crainte et nous pouvons être un instrument entre les mains de Dieu », a souligné le primat de l’Église néo-apostolique.

Affranchis de la crainte

Autrefois, lors de la première Pentecôte, les fidèles emplis du Saint-Esprit ont commencé à prophétiser. Leur crainte de la réaction des gens avait totalement disparu. Emplis de la puissance de Dieu, ils ont proclamé l’Évangile, indépendamment du sexe, de l’âge et du statut social, comme le relatent les Actes des apôtres. « Aujourd’hui, c’est à notre tour ! » Nous sommes, nous aussi, exhortés à proclamer la louange de Dieu, à professer notre foi en Christ et, à travers nos paroles et nos actes, à faire découvrir à autrui l’amour que Dieu lui témoigne, s’est exprimé l’apôtre-patriarche. Le sermon sur la montagne et la « règle d’or » sont toujours valables.

En cette période difficile, notre amour pour Dieu s’exprime également par le fait de mieux prendre soin de notre terre, a souligné le président de l’Église. Nous voulons certes aller au ciel, mais nous vivons ici sur cette terre. Nous sommes tenus pour responsables de ce qui advient de la terre. D’un point de vue néo-apostolique, aussi, il est donc important de prendre soin des ressources naturelles.

Affranchis des préjugés

L’apôtre-patriarche Schneider a également mentionné un autre point important des récits des Actes des apôtres : jadis, les chrétiens de Jérusalem ont fait preuve de solidarité. Il y avait de très grandes différences dans les communautés, de nombreuses cultures et religions avaient été réunies. Cependant, la puissance de l’Esprit en eux a suscité un changement radical. « La même chose s’applique aussi aujourd’hui. » L’apôtre-patriarche a cité un exemple : face aux mesures de sécurité actuelles liées au coronavirus, des règles particulières s’appliquent. Si un seul individu ne respecte pas les règles de sécurité, beaucoup d’autres individus de son entourage en sont affectés ! « Il en va de même pour le corps de Christ. Nous sommes tous des membres du corps de Christ et nous n’avons pas le droit de ne penser qu’à nous. »

Et il a cité encore un autre exemple : beaucoup de gens n’ont peut-être pas reçu beaucoup d’estime avant le coronavirus. « Nous nous rendons compte, à présent, à quel point leur travail est important. » La solidarité mutuelle est indispensable, a souligné le primat de l’Église. Nous devons surmonter nos propres intérêts et estimer chacun de la même manière. « Soyons un et solidaires ! » Et avec le regard vers l’avenir, il a dit : « La décision de changer est aujourd’hui entre nos mains. Lorsque nous retournerons dans nos communautés, voulons-nous être comme avant ? Ou bien voulons-nous faire mieux qu’auparavant ? » L’Esprit de Dieu nous rend capables de surmonter les préjugés, de pardonner les péchés et d’être disponibles pour le prochain. « Démontrons la présence de Christ au sein de son Église ! »

L’exemple de Pierre

L’apôtre de district Rainer Storck, qui était invité en tant qu’hôte de l’Église territoriale d’Allemagne occidentale, a rappelé l’exemple de l’apôtre Pierre : celui-ci a renié le Seigneur par trois fois avant sa crucifixion, parce qu’il avait peur. Après l’effusion du Saint-Esprit à la Pentecôte, cependant, il a été empli de force et a proffesé sa foi en Jésus-Christ. Lorsqu’il a été fait prisonnier pour cette raison, il a prononcé cette phrase qu’il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

Un monde immense dans un petit cercle

La fin du service divin était à la fois internationale et impressionnante : 1 605 musiciens et chanteurs issus de 50 pays différents se sont aussi rassemblés pour le cantique final, virtuel et sans le stress du voyage. L’ « International Virtual Choir » a interprété quatre strophes du cantique « Quel ami fidèle et tendre ».

Cette fois, le président international de l’Église avait choisi la communauté néo-apostolique de Darmstadt pour la diffusion internationale du service divin. La distance n’est pas grande jusqu’à la maison d’édition Bischoff à Neu-Isenburg, qui dispose des installations techniques nécessaires en arrière-plan. Une grande assemblée virtuelle de chrétiens néo-apostoliques a ainsi pu entendre et voir la prédication du président de l’Église. Cette année, en raison de la pandémie liée au coronavirus avec ses consignes strictes en matière de sécurité et d’hygiène, le service divin de la Pentecôte a dû être suivi dans presque tous les pays de ce monde en tant que signal librement accessible par Internet ou, comme en Afrique du Sud, par sa propre chaîne de télévision, via NAC-TV.

Sur place, à Darmstadt, pour la première fois depuis plusieurs mois, une petite assemblée avait été autorisée ce dimanche – 44 participants étaient présents dans la grande église. Progressivement, les communautés ouvrent à nouveau leurs portes pour la célébration des services divins.

Rétrospectives des Pentecôtes précédentes

Les rétrospectives des fêtes de la Pentecôte précédentes, jusqu’à l’année 2007, sont disponibles sur la page web centrale de l’Église néo-apostolique. On peut y lire ce qui s’est produit jusque-là. Comme il y avait toujours des paroles particulières à l’occasion de la Pentecôte de la part des différents apôtres-patriarches, celles-ci sont également affichées.