Nouvelles de l’ENAI

13 mai 2020 : Pensées relatives à la parole biblique

13.05.2020

photo : P. Johanning

« Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. » (Luc 12 : 34). La parole biblique dans l’évangile selon Luc que nous allons traiter aujourd’hui dans cette veillée virtuelle se trouve dans le contexte des déclarations de Jésus concernant le royaume de Dieu. Jésus met en évidence la disposition d’une personne qui aspire au royaume de Dieu.

Le trait caractéristique d’une telle personne est une grande confiance en Dieu, qui incite à ne pas laisser les soucis et les détresses du quotidien déterminer sa vie. Jésus dit : « … ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets. Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin. Cherchez plutôt le royaume de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » (Luc 12 : 29-31). Ce sont des paroles ambitieuses, et certains se demanderont si l’on n’en promet pas trop et si l’on n’exige pas trop ?

Le royaume de Dieu

Jésus évoque les conditions nécessaires pour entrer dans le royaume de Dieu, c’est-à-dire dans le règne de la justice et de la grâce de Dieu. Les exigences de la société qui sont habituellement adressées aux hommes, savoir de fournir tous les efforts pour gérer sa vie et la rendre prospère, ont perdu leur urgence et leur caractère absolu. Les inquiétudes concernant la vie, la carrière, les biens, qui sont fréquemment le moteur pour mobiliser toutes ses forces, sont plutôt un obstacle pour ce qui concerne le royaume de Dieu. Pour une fois, ce n’est pas l’activité humaine qui est demandée ici, mais la disposition à laisser Dieu agir sur soi et pour soi.

Un trésor dans le ciel

Jésus met en évidence la nécessité de laisser la conduite à Dieu, à différents moments décisifs de la vie, à travers une déclaration extrême et littéralement pas totalement réalisable : « Vendez ce que vous possédez, et donnez-le en aumônes. Faites-vous des bourses qui ne s’usent point, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n’approche point, et où la teigne ne détruit point. » (Luc 12 : 33). Le jeune homme riche a également entendu cet appel : « vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres » (Luc 18 : 22b), et il est reparti, triste. Il n’était pas capable d’accepter que l’aspiration au royaume de Dieu soit au centre de sa vie. Il n’a pas réussi à mettre au second plan son inquiétude concernant ses biens, et il n’était pas disposé à se confier sans réserve à la grâce et à la conduite de Dieu. Jésus attire ainsi l’attention sur le fait que les biens matériels et les inquiétudes matérielles sont des choses provisoires et qu’ils n’appartiennent qu’à la création terrestre. Quiconque se tourne sans réserve vers le royaume de Dieu a reconnu cela et peut perdre la crainte concernant les exigences parfois démesurées de la journée. Les « teignes » mangent les biens, ce qui semble si sûr et si brillant dans le monde devient brusquement petit, cousu de fil blanc et pour finalement se dissoudre.

Jésus dirige notre regard vers quelque chose de sûr et de permanent : « Faites-vous des bourses qui ne s’usent point, un trésor inépuisable ». C’est de ce « trésor » que nous devons nous préoccuper. Ce trésor n’a rien à voir avec les biens matériels – les revenus, les retraites, les pensions ou les dividendes –, car il est installé auprès de Dieu. Le royaume de Dieu, dans lequel la vie éternelle auprès de Dieu est possible, constitue ce trésor. L’espérance en la vie éternelle nous donne une perspective de vie, que rien ne peut ébranler et que personne ne peut relativiser. 

Nos plans et nos souhaits

Cette phrase : « … là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur », nous donne en quelque sorte un repère. Nous disons peut-être : J’aspire au royaume de Dieu et je mets tout le reste au second plan. Or, comment voit-on que cela est réellement le cas ? Dans le langage de la Bible, le « cœur » ne signifie pas nos sentiments ou notre vie sentimentale, mais signifie ce vers quoi se concentrent notre volonté, nos souhaits et nos plans. Examinons-nous : la communion avec Dieu est-elle réellement le centre de mon existence, est-elle réellement le véritable objectif de ma vie ? Lorsque nous sentons que nous gardons à l’esprit le royaume de Dieu dans toutes les situations possibles, les bonnes ou les mauvaises, que nous aspirons au retour de Christ et que nous avons le souhait de témoigner de l’Évangile, nous pouvons être assurés que notre trésor est réellement dans le ciel et que tous nos souhaits s’y unissent !

Catégorie : Nouvelles de l’ENAI