Nouvelles de l’ENAI

Un service divin vidéo prévu au niveau mondial à la Pentecôte

05.05.2020

photo : F. Schuldt

Zurich. « Quiconque a la possibilité d’assister à un service divin en présentiel dans sa communauté, devrait y assister » - telle est la position claire de l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider. Pour un grand nombre de membres de l’Église, cependant, cela ne sera pas possible. Le président de l’Église souhaite proposer un service divin commun en ligne à leur intention.

Généralement, les services divins de la Pentecôte au sein de l’Église néo-apostolique sont célébrés au niveau mondial tous les deux ans. C’est la Maison d’édition appartenant à l’Église qui en assume la responsabilité au moyen de ses infrastructures techniques. Dans de nombreux pays, la diffusion est effectuée par satellite, en direct ou en différé. Dans ce domaine, la Maison d’édition possède une longue expérience. Des services divins de la Pentecôte de ce genre ont déjà eu lieu dans différentes communautés en Afrique ou en Europe ; l’an dernier, il avait eu lieu à Goslar (Allemagne).

Des services divins en streaming en direct

En période de pandémie liée au coronavirus, cependant, bien des choses sont différentes. Depuis que, dans une très grande majorité de pays de ce monde, les habitants sont soumis à des mesures de confinement ou à une interdiction de contacts, une diffusion ordinaire par satellite n’est pas possible. Au lieu de cela, elle est remplacée par une diffusion par Internet ou via une connexion téléphonique. Depuis l’apparition de la crise, les services divins dominicaux sont diffusés en streaming, généralement sur YouTube ou à la télévision et à la radio, là où l’Église a passé les accords correspondants avec des stations de radio.

Le dimanche de Pâques, l’apôtre-patriarche Schneider a ainsi prêché à partir d’un espace d’accueil aménagé en une petite chapelle dans les locaux de la Maison d’édition Bischoff, à Neu-Isenburg, près de Francfort (Allemagne). Ce service divin a été mis à disposition sous forme numérique et, selon les estimations, il a été suivi par plus de six millions de fidèles. Depuis le dimanche des Rameaux, chaque dimanche, le président international de l’Église s’est tenu derrière l’autel de l’église néo-apostolique de Strasbourg (France). Il y a tenu deux prédications en français et une en anglais. Ces prédications ont également été diffusées en ligne.

La Pentecôte en anglais et en allemand

À la Pentecôte, l’apôtre-patriarche prêchera à nouveau à l’autel en langue anglaise, avec traduction en consécutive en allemand. De nombreuses autres langues seront ajoutées en simultané. Selon l’apôtre-patriarche, ce service divin sera destiné principalement aux frères et sœurs qui n’auront pas la possibilité, d’ici là, d’assister à un service divin en présentiel. À ce sujet, l’apôtre-patriarche s’est exprimé ainsi : « Quiconque a la possibilité d’assister à un service divin dans sa communauté et de célébrer la sainte cène, devrait privilégier cette option ! »

En effet, la diffusion en direct en streaming du service divin célébré par l’apôtre-patriarche se fera, comme c’est actuellement incontournable, sans célébration de la sainte cène. Le président de l’Église s’est déjà exprimé à maintes reprises sur ce sujet. Lui aussi aspire à vivre un service divin avec célébration de la sainte cène. C’est pourquoi, en accord avec les apôtres de district, il a décidé de permettre à nouveau la célébration de la sainte cène, dans le respect de règles très strictes. Lors du service divin de Pâques, le président international de l’Église s’est exprimé ainsi : « Je vous le promets : dès qu’il sera possible, d’une façon ou d’une autre, de fêter la sainte cène, nous le ferons. Moi aussi, j’aspire à la fêter à nouveau ! »

Dans le même temps, il a néanmoins mis en évidence le fait que « la sainte cène est un sacrement que Jésus-Christ a lui-même institué. Lui-même est présent dans l’hostie consacrée. C’est lui qui décide comment nous pouvons fêter dignement la sainte cène. » Ce sont les apôtres qui gèrent le sacrement, mais ils ne peuvent pas en disposer librement en l’adaptant selon leurs souhaits. Jésus a institué la sainte cène en tant que repas de communion, mais cette condition n’est pas donnée pour le moment. C’est également ce qui est écrit dans notre confession de foi, « et nous ne devrions pas le changer. »

Au lieu de cela, Dieu rappelle à l’Église que la sainte cène est une grâce qu’il nous accorde. Nous n’avons aucun droit. Tant que ce sera la volonté de Dieu que nous ne fêtions pas la sainte cène, il nous donnera ce dont nous avons besoin.

Des services divins locaux et des services divins en ligne en parallèle

À l’heure actuelle, la situation est telle que, dans certains pays, une offre restreinte de services divins est possible dans les communautés locales, du point de vue des autorités. Pour cela, un certain nombre de règles d’hygiène doivent être définies, et les apôtres de district y travaillent actuellement avec leurs groupes de travail respectifs. Il est par conséquent possible qu’à la Pentecôte, des services divins en présentiel puissent à nouveau avoir lieu de manière isolée. Toutefois, tant qu’une offre régulière de services divins n’est pas possible pour toutes les communautés des différents champs d’activité, des services divins en ligne seront proposés en parallèle.