Nouvelles de l’ENAI

Le nouvel apôtre-patriarche de l’Église néo-apostolique s’appelle Jean-Luc Schneider

19.05.2013

L’apôtre-patriarche Leber et le nouvel apôtre-patriarche Jean Luc Schneider (à droite)

Allocution d’investiture lors de l’ordination

Hommage à l’occasion de l’admission à la retraite (Photos : ENA Allemagne septentrionale)

Hambourg/Zurich. Depuis ce dimanche de la Pentecôte 2013, l’Église néo-apostolique a un nouveau chef spirituel : Jean-Luc Schneider est le nouvel-apôtre-patriarche ; il succède à Wilhelm Leber qui a pris solennellement sa retraite. Moment fort que celui où le nouvel apôtre-patriarche a déchargé l’apôtre-patriarche jusqu’ici en exercice de son mandat actif : « Dans notre cœur, tu resteras notre apôtre-patriarche ! »

2013 est l’année du 150e anniversaire de l’Église néo-apostolique. La fête de la Pentecôte a ainsi été, à double titre, un sommet de l’année ecclésiastique : le passage de témoin, annoncé longtemps à l’avance, a eu lieu : À l’âge de 65 ans, l’apôtre-patriarche Wilhelm Leber est parti en retraite au bout d’un mandat long de huit années. En 2005, l’apôtre-patriarche Richard Fehr l’avait ordonné apôtre-patriarche à Stuttgart-Fellbach (Allemagne méridionale), le désignant comme son successeur. Cette fois-ci, c’était au tour de l’apôtre-patriarche Leber de déterminer son successeur.

Une démarche préparée dès la Pentecôte 2012

L’apôtre-patriarche Wilhelm Leber avait fait un premier pas au cours du service divin de la Pentecôte 2012, à Cologne. Il y a un an de cela, il avait présenté l’apôtre de district Jean-Luc Schneider comme son successeur et l’avait installé dans la charge d’apôtre-patriarche adjoint, lui accordant ainsi une année entière pour se préparer à sa nouvelle tâche. Progressivement, ce dernier avait renoncé à ses responsabilités à la tête des Églises territoriales de France et de la République démocratique du Congo.

À la fin du service divin de la Pentecôte, le 19 mai 2013, l’apôtre-patriarche Leber a prié son successeur, après la célébration de la sainte cène, à venir auprès de lui, à l’autel. « Tu es le roc des chrétiens néo-apostoliques, lui a-t-il dit en rappelant ainsi les paroles autrefois adressées par le Seigneur à Pierre, son disciple (cf. Matthieu 16 : 18) : « Sur ce roc, je bâtirai mon Église. »

Le ministère patriarcal, ministère du roc

L’apôtre-patriarche sortant a ensuite brièvement décrit quelques aspects du ministère d‘apôtre-patriarche : « Tu seras un roc ; il t’incombera de créer les conditions nécessaires pour permettre au Seigneur d’édifier son Église. » Il est de la responsabilité de l’apôtre-patriarche de faire en sorte que le fondement reste solide, que la doctrine soit claire et pure, et que tout soit focalisé sur le ciel. « Tu sentiras aussi que tu es entouré de forces célestes et des nombreuses prières des enfants de Dieu fidèles », a-t-il encore dit à la nouvelle autorité de l’Église.

Es-tu disposé à servir le Seigneur ?

Finalement, l’apôtre-patriarche a posé à son successeur la question de savoir s’il était disposé à accepter le ministère d’apôtre-patriarche et à être un roc pour ses frères et sœurs en la foi. « Veux-tu les aimer tous et les porter dans ton cœur ? Veux-tu servir le Seigneur dans ce sens ? » Visiblement ému, il lui a répondu par l’affirmative. Lors de son allocution préparatoire à l’ordination, l’apôtre-patriarche a imploré Dieu d’accorder force et sagesse à son successeur. « Sois le chef des apôtres. Que la pleine puissance du Saint-Esprit soit agissante en toi. »

Reconnaissance envers l’apôtre-patriarche Fehr

L’apôtre-patriarche Wilhelm Leber s’est ensuite adressé une dernière fois, au cours de son mandat actif, à l’assemblée et aux fidèles reliés en direct par satellite et par Internet. Il a d’abord remercié son prédécesseur dans le ministère, l’apôtre-patriarche Richard Fehr, absent pour cause de maladie : « Il a été un véritable dispensateur de bénédiction pour moi », a dit l’apôtre-patriarche Leber.

Puis il a remercié l’ensemble des fidèles : « J’ai perçu infiniment d’amour provenant de vos rangs. » Sa gratitude allait aussi aux apôtres, aux apôtres de district et à tous les ministres de l’Église pour le soutien qu’ils lui ont témoigné.

La doctrine a été approfondie et consolidée

Le nouvel apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider a adressé des paroles de reconnaissance à son prédécesseur : « Au cours de ces huit années, tu nous as merveilleusement servis. Sous ton autorité et grâce à tes impulsions, l’Église a pu approfondir et consolider sa doctrine. » Toutes ces choses entreront dans l’histoire. Et l’apôtre-patriarche de citer, pour l’exemple, les nouvelles Pensées directrices et la nouvelle liturgie. « La profondeur de ta proclamation de la parole nous a enthousiasmés et tes prédications nous ont marqués et fortifiés. »

L’apôtre-patriarche Leber avait aussi su accorder une attention particulière à la jeunesse, notamment lors des Journées européennes de la Jeunesse, à Düsseldorf, en 2009, et lors des nombreuses autres journées régionales de la jeunesse, auxquelles il a participé. « Tu as réussi à enthousiasmer la jeunesse pour Jésus-Christ et son Œuvre. » L’apôtre-patriarche Schneider a aussi évoqué l’initiative de Wilhelm Leber en vue de la création de nouveaux champs d’activité d’apôtres de district et son soutien à la lutte contre le SIDA dans les pays africains. « Nous avons admiré ton zèle et nous te remercions pour ta proximité et les échanges francs que nous avons pu avoir avec toi », a-t-il encore dit, en reprenant des pensées émanant du cercle des apôtres de district.

Un merci en lieu et place de millions de fidèles

Puis il a dégagé l‘apôtre-patriarche Wilhelm Leber de ses tâches et de ses responsabilités pour l’admettre à la retraite : « Tu resteras pour toujours notre apôtre-patriarche », lui a-t-il promis. Dans sa poignée de mains, il y avait celle de millions de fidèles ainsi que leur reconnaissance pour toutes choses, y compris à son épouse et à sa famille. « Nous te souhaitons la bénédiction divine et te prions de continuer à nous faire bénéficier de ton amour, de tes prières et de ta sagesse. »

Quant au programme du nouvel apôtre-patriarche, il figure à la première page du Catéchisme de l’Église néo-apostolique : L’Église néo-apostolique se veut être une Église , dans laquelle les fidèles se sentent bien, sont emplis du Saint-Esprit et de l´amour pour Dieu, conforment leur vie aux exigences de l´Évangile de Jésus-Christ et se préparent de la sorte en vue de son retour et de la vie éternelle.