Nouvelles de l’ENAI

Pentecôte 2013 : Un nouvel apôtre-patriarche pour l’Église néo-apostolique

18.04.2013

L’apôtre-patriarche Wilhelm Leber (65 ans) se retire après une carrière ministérielle longue de 43 années. À la Pentecôte 2013, l’apôtre de district Jean-Luc Schneider (53 ans) deviendra le nouvel apôtre-patriarche de l’Église néo-apostolique (© Église néo-apostolique internationale)

Zurich. D’ici quatre bonnes semaines, un nouvel apôtre-patriarche sera ordonné pour l’Église néo-apostolique : L’actuel Président international de l’Église, l’apôtre-patriarche Wilhelm Leber,  se retire  à l’âge de 65 ans. Son successeur est Jean-Luc Schneider (53 ans), un Français.  La succession est bien préparée et connue des membres de l’Église dans le monde entier.

En 2005, le dimanche de la pentecôte l’apôtre-patriarche Wilhelm Leber avait pris les rênes de l’Église néo-apostolique. Plus d’un million et demi de fidèles du monde entier avaient alors suivi le dernier service divin de l’apôtre-patriarche Richard Fehr qui, ayant atteint l’âge limite, prenait  sa retraite et chargeait Wilhelm Leber de lui succéder. Un nouveau changement va avoir lieu à la tête de l’Église : L’apôtre-patriarche Wilhelm Leber s’apprête à confier la responsabilité de cette dernière à un homme plus jeune. Cette fois encore, un service divin de rayonnement international est prévu, qui sera retransmis par satellite dans des milliers de paroisse néo-apostoliques de par le monde.

Il  y a de cela un an déjà, le chef spirituel de l’Église avait annoncé et préparé cet événement. Au cours du service divin qu’il avait célébré à Cologne, le 27 mai 2012, il avait installé Jean-Luc Schneider dans la charge d’apôtre-patriarche adjoint, si bien que celui-ci a disposé du temps nécessaire pour se familiariser avec les multiples tâches qui incombent au Président international de l’Église.  « Je tiens à préparer l’avenir à temps », avait alors dit l’apôtre-patriarche Leber. Âgé de 65 ans, le Hambourgeois Wilhelm Leber aura parcouru, au moment de se retirer, une carrière ministérielle et pastorale longue de 43 années au sein de l’Église.

Le temps est venu

À la Pentecôte, Jean-Luc Schneider prendra en charge la grande responsabilité inhérente au ministère d‘apôtre-patriarche. Au cours de l’année écoulée, il a entrepris beaucoup de voyages internationaux et remis la direction des Églises néo-apostoliques de France et du Sud-Est de la République démocratique du Congo à d’autres apôtres de district.

Qui est Jean-Luc Schneider ?

Jean-Luc Schneider est né le 18 septembre 1959 et est membre de l’Église néo-apostolique depuis sa plus tendre enfance. Il est marié et père de deux enfants. Depuis le 26 septembre 2004, il exerce le ministère d’apôtre de district et dirigeait, outre celle de France, de nombreuses autres Églises territoriales, notamment celles du Burundi, de la Polynésie Française, du Sud-Est de la République démocratique du Congo et de la Nouvelle-Calédonie.

L’apôtre-patriarche de l’Église néo-apostolique

Les chrétiens néo-apostoliques croient que « Jésus-Christ, le Fils de Dieu, est le chef de son Église », est-il dit dans le Catéchisme de l’Église néo-apostolique.  L’apôtre-patriarche a pour tâche de remplir le ministère pétrinien, c’est-à-dire de veiller sur la pureté et le développement de la doctrine, de révéler des connaissances nouvelles et de diffuser de manière homogène le témoignage de la foi. C’est aussi l’apôtre-patriarche qui fixe la constitution ecclésiastique et est ainsi l’autorité spirituelle suprême. C’est à lui que revient la position dirigeante dans le cercle des apôtres.