Nouvelles de l’ENAI

Nouvelle déclaration doctrinale: La femme enveloppée du soleil ne doit pas être interprétée comme étant l’Eglise néo-apostolique

31.05.2006

Zurich. Réunie à Karlsruhe, l’assemblée des apôtres de district de l’Eglise néo-apostolique a approuvé une nouvelle interprétation de l’image de la « femme enveloppée du soleil » (Apocalypse de Jean, chapitre 12). L’Eglise néo-apostolique voit désormais, dans la « femme enveloppée du soleil », la communauté des croyants qui évoluent dans une sphère particulière de proximité avec Jésus-Christ, qui croient en lui et qui le professent.

L’interprétation différente de ce passage biblique ne revêt pas de caractère définitif : elle correspond au stade actuel de la connaissance au sein de l’Eglise néo-apostolique et fait partie des travaux préparatoires en vue de l’élaboration du catéchisme propre à l’Eglise.

Sept déclarations doctrinales sont associées à cette image de l’Apocalypse :

 

    • Il convient de voir, en la « femme enveloppée du soleil », la communauté des croyants qui évoluent dans une sphère particulière de proximité avec Jésus-Christ, ui croient en lui et qui le professent.

    • La « femme enveloppée du soleil » ne doit pas être interprétée comme étant l’Eglise néo-apostolique.

    • La couronne de douze étoiles symbolise l’illumination divine de la communauté des croyants ; il convient aussi d’y voir le symbole du règne à venir des prémices et des martyrs en qualité de sacrificateurs de Dieu et de Christ. Par conséquent, la couronne de douze étoiles ne doit pas être interprétée comme étant l’apostolat.

    • Dans l’image du « fils », il convient de voir la partie de l’Eglise de Christ qui sera enlevée (les prémices, les cent quarante-quatre mille).

    • C’est Dieu qui nourrit la « femme enveloppée du soleil » pendant la période de la grande tribulation. La Bible ne donne cependant pas de description concrète de la manière dont il le fera.

    • Le récit biblique du combat de Michel contre le dragon n’est pas à associer avec l’archange Michel : c’est une allusion à Christ qui vainc Satan.

    • De manière synoptique avec des passages correspondants de l’Apocalypse, le « reste de sa postérité » est à identifier avec les martyrs de la grande tribulation.

Une étude approfondie de ces nouvelles déclarations doctrinales paraîtra dans les « Pensées directrices », à l’intention des ministres de l’Eglise, et dans le magazine « Notre Famille », à l’intention de tous les membres de l’Eglise. Les interprétations plus anciennes de cette image de l’Apocalypse sont ainsi caduques.