Zurich : L’assemblée des apôtres de district a pris fin

18.11.2019

all photos: NAKI

Zurich. Une nouvelle fois, les apôtres de district et leurs adjoints se sont rendus à Zurich. Jeudi et vendredi a eu lieu, dans le centre de conférence de l’ENAI, la dernière assemblée des apôtres de district (AAD) de cette année. Et, une nouvelle fois, un certain nombre de thèmes était à l’ordre du jour.

L’un d’eux était l’évolution future de la définition néo-apostolique du ministère. À plusieurs reprises, l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider avait déjà souligné qu’il souhaitait discuter en profondeur de la définition du ministère avec les dirigeants des Églises nationales, ce qui prendrait beaucoup de temps. La question des femmes dans le ministère en fait également partie. Les discussions à ce sujet en sont encore à leurs débuts. Il s’agit dans un premier temps d’évaluer les résultats des Saintes Écritures, avait déjà expliqué l’apôtre-patriarche dans son allocution vidéo relative à la définition du ministère. Que dit la Bible ? Et comment faut-il interpréter les résultats ?

La discussion pendant plusieurs heures au sujet de ces deux questions se poursuivra lors de la prochaine assemblée des apôtres de district.

L’âge limite de la retraite a été repoussé

À quel moment les ministres néo-apostoliques partent-ils à la retraite ? En règle générale, à 65 ans révolus. Dans les cas particuliers, l’apôtre de district responsable peut, après concertation avec le ministre concerné, définir un prolongement de l’exercice ministériel. Les apôtres de district ont décidé d’une nouvelle limite d’âge : celle-ci ne sera plus 67 ans, mais 70 ans. Concernant le prolongement de l’exercice ministériel, aucune pression morale ne pourra être exercée sur les ministres. D’un autre côté, comme c’est déjà le cas dans les situations qui le justifient, une retraite anticipée pourra également être prononcée.

Un déménagement réussi

Au début de l’AAD, l’apôtre-patriarche Schneider a relaté une « histoire à succès » aux apôtres de district. Depuis une bonne année, maintenant, les bureaux de l’Église territoriale de Suisse sont hébergés dans le bâtiment de la direction internationale de l’Église. L’ENA Suisse utilise environ un tiers de la superficie du bâtiment pour son usage exclusif, tandis que la moitié environ de la superficie est utilisée de façon partagée.

« Ce processus de fusion s’est très bien déroulé », a relaté le président international de l’Église. Son souhait était de garder un œil sur les coûts et de faire des économies. Grâce à l’utilisation commune du bâtiment, il a été possible de partager des postes de travail typiques au sein d’une administration : un service postal commun, l’utilisation commune d’appareils techniques, une gestion informatique commune et bien d’autres encore. « Je trouve que ce projet est bon », s’est exprimé l’apôtre-patriarche en guise de conclusion. Et l’apôtre de district suisse Jürg Zbinden de confirmer : « Je suis impressionné : les petites réserves du début ont fait place à une belle collaboration constructive. »

L’AAD Afrique a eu lieu mercredi

Les apôtres de district qui travaillent sur le continent africain se sont réunis dès mercredi. Ils ont discuté de thèmes qui intéressent les Églises nationales africaines. L’apôtre de district John Kriel, notamment, a rendu compte d’une nouvelle directive, qui porte le titre de « Sexual Misconduct Policy » et qui entrera en vigueur l’année prochaine au sein de l’Église nationale d’Afrique du Sud. Pourquoi avoir fait une telle directive ? Parce que c’était nécessaire, a exposé l’apôtre de district John Kriel. La culture, selon laquelle « ce dont on ne parle pas, n’existe pas » ne peut plus être tolérée. Une acceptation de ce thème par l’ensemble de la société, et par conséquent aussi la participation de l’Église néo-apostolique, est nécessaire. « Nous ne devons pas seulement faire quelque chose, mais les gens doivent aussi savoir que nous faisons quelque chose ! », a-t-il souligné. Et l’apôtre-patriarche Schneider a encore été un peu plus loin, en disant : « Les gens, nos communautés et tous les frères et sœurs doivent entendre que l’Église néo-apostolique ne tolère pas les abus sexuels ! »

Proposer les cours de l’école du dimanche partout

Les apôtres de district ont également abordé le thème des outils pédagogiques pour les enfants (« Children’s Teaching Material » (CTM)). Les nouveaux ouvrages pédagogiques destinés à l’enseignement religieux des enfants seront également utilisés en Afrique. À première vue, cela semble être un thème tout à fait normal, mais cela ne l’est pas. De quelle manière et avec quels coûts les ouvrages pédagogiques destinés aux cours de l’école du dimanche parviendront-ils jusque dans les milliers de communautés africaines ? Cela se fera-t-il par voie électronique ou est-il nécessaire d’avoir des ouvrages sous forme papier ? L’apôtre de district Mark Woll, responsable de ce projet, a expliqué ceci : « Il nous faut une version hybride composée des deux formes : une forme numérique, et l’autre analogique. » L’apôtre de district a poursuivi en évoquant un problème encore plus grand, qui est la diversité linguistique.

En 2015, déjà, le président international de l’Église s’était exprimé de façon très concrète en faveur d’un programme de formation en Afrique : « Je vous prie, mes chers apôtres, de donner la priorité à ces deux missions : enseignez les ministres et mettez en place les cours de l’école du dimanche pour les enfants dans toutes les communautés. Tel est mon programme pour l’Afrique ».

Service divin dominical de clôture

Le dimanche 17.11.2019 était entièrement placé sous le signe d’une direction spirituelle à suivre. L’apôtre-patriarche Schneider a célébré un service divin destiné aux frères du ministère dans la communauté de Saint-Gall (Suisse). Celui-ci a été diffusé en outre par satellite et Internet à destination de tous les frères du ministère en Europe.

Catégorie : fr, fr, fr, fr, fr, fr, fr, fr, fr, fr