La nouvelle Église territoriale d’Allemagne occidentale se présente publiquement

07.03.2018

Les quatre Églises territoriales en Allemagne (graphique : ÉNA)

L’apôtre de district Rainer Storck

L’apôtre de district e.r. Bernd Koberstein (les deux photos : Jessica Kraemer)

Dortmund / Francfort / Zurich. La plus grande Église territoriale en Allemagne actuellement porte le nom d’ « Allemagne occidentale ». Elle est née de la fusion des deux anciennes Églises allemandes de Hesse/Rhénanie-Palatinat/Sarre et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Elle est présidée par l’apôtre de district Rainer Storck.

La nouvelle Église territoriale compte environ 118 000 membres en Allemagne. Elle est née légalement le 1er janvier 2018. Comme les autres Églises territoriales en Allemagne, elle constitue une institution publique, ce qui la met au même niveau, légalement, que les autres Églises. Elle bénéficie des mêmes droits et devoirs légaux que d’autres Églises.

Quatre Églises territoriales – quatre apôtres de district

Il existe donc actuellement quatre Églises territoriales en Allemagne : l’Église néo-apostolique d’Allemagne nord-orientale (87 000 membres), l’ENA de Berlin-Brandebourg (24 000 membres), l’ENA d’Allemagne occidentale (118 000 membres) et l’ENA d’Allemagne méridionale (109 000 membres). Les registres de l’Église des 1 750 communautés recensent ainsi près de 340 000 membres néo-apostoliques. Les différentes Églises territoriales sont présidées respectivement par les apôtres de district Rüdiger Krause, Wolfgang Nadolny, Rainer Storck et Michael Ehrich.

Église territoriale et champ d’activité d’apôtre de district à la fois

Toutefois, l’Église néo-apostolique d’Allemagne occidentale n’est pas seulement une Église territoriale allemande. Le même nom englobe également un champ d’activité d’apôtre de district qui va bien au-delà des frontières allemandes. Celui-ci est dirigé par l’apôtre de district Rainer Storck à partir de la centrale administrative à Dortmund, et comprend la direction pastorale et administrative dans près de 50 pays à travers le monde. Dans ces pays, les Églises néo-apostoliques constituent elles-mêmes des Églises territoriales autonomes, d’un point de vue légal, mais ne disposent pas de leur propre apôtre de district et font partie d’un même champ d’activité d’apôtre de district. En Europe, outre l’Église territoriale d’Allemagne occidentale, ce sont également les communautés en Albanie, en Belgique, en France, en Géorgie, en Grèce, au Kosovo, en Lettonie, en Lituanie, au Luxembourg, à Malte, aux Pays-Bas, au Portugal, en Turquie et à Chypre.

Une représentation mondiale

Au-delà des frontières de l’Europe, l’apôtre de district Storck est également responsable de l’Église néo-apostolique en Égypte, en Angola, au Burkina Faso, en Gambie, en Guinée-Bissau, sur les îles du Cap-Vert, au Mali, au Niger, à Sao Tomé-et-Principe, au Sénégal et en Tunisie. Il existe même des communautés en Polynésie et en Amérique du Sud qui sont desservies par la centrale administrative de Dortmund. Vous trouverez un aperçu détaillé à ce sujet grâce à la liste disponible sur le site web international de l’Église néo-apostolique à l’adresse : www.nak.org/fr/presence-dans-le-monde/.

Une présentation publique

La nouvelle Église territoriale a été présentée publiquement lors d’une réception donnée à Francfort-sur-le-Main. Devant des représentants des Églises et de la politique, l’apôtre de district Rainer Storck a présenté ses objectifs pour l’avenir. Parmi ceux-ci, selon lui, on retrouve le renforcement des communautés locales, la surveillance minutieuse des ressources financières et l’orientation des contenus vers l’Évangile de Jésus-Christ. En conclusion de cette rencontre, il ressort que la transmission de ces valeurs n’est pas l’affaire d’une seule confession, mais la mission de l’ensemble de l’Église de Christ.